Bien chez soi, malgré la chaleur

By Publié sur 6min. de lecture
Bien chez soi, malgré la chaleur

Bien que par endroits, notre pays ne souffre plus de cette vague de chaleur, ce n’est pas le cas partout, hélas. À mon grand regret, j’ai lu hier que Météo France n’annonçait pas des orages pour tout de suite sur ma région. C’est assez désespérant, nous sommes tous, je pense, exténués par cette canicule.

Je n’ai d’ailleurs jamais bu autant d’eau de toute ma vie !

Mais alors, comment faire, réellement, concrètement, pour mieux supporter cette atmosphère, lourde, pesante et éreintante ? J’ai fait quelques recherches un peu partout pour trouver des astuces véritablement efficaces et je me suis dit que je pourrais les partager avec vous ici.

Bien chez soi, malgré la chaleur

Bien chez soi, malgré la chaleur

Autant certains gestes sont assez simples à mettre en place, autant pour d’autres, cela vous demandera quelques efforts supplémentaires et de la patience, car vous ne pourrez profiter de leurs effets que dans les années suivantes.

Tout d’abord, opter pour un dîner léger (on évite par exemple la viande, les œufs, la nourriture grasse, etc) qui va demander davantage de travail à notre système digestif et donc, augmenter la température de notre corps.

On peut aussi miser sur une boisson tiède, comme une tisane qui va contribuer à réguler la température du corps. À ce moment-là, on privilégie une tisane qui favorise le sommeil comme la camomille ou la verveine.

Après notre repas, on peut pendre une douche tiède. Elle fera baisser la température du corps et nous débarrassera de l’effet « peau moite ». Attention, cependant, on ne fait pas une douche trop froide puisqu’elle va ralentir la digestion et pousser le corps à fabriquer de la chaleur.

Dans la soirée (après le coucher du soleil), pensez à ouvrir les fenêtres afin de profiter de la « fraîcheur » de la nuit, si vous le pouvez. Ces courants d’air vont créer une bonne ventilation naturelle. Dormir ainsi peut vous permettre de conserver une température corporelle normale et, de la sorte, de passer une nuit de sommeil convenable.

De plus, si vous pouvez, laissez ouvert toute la nuit. Cela va permettre aux murs, sols et plafonds de se charger en “frigories” (c’est-à-dire d’accumuler du froid). Frigories qui seront ensuite restituées à la pièce au cours de la journée. 

Au cours de la nuit toujours, on peut se vaporiser de l’eau, à l’aide d’un brumisateur. Et pour dormir, si l’on tient absolument à avoir des draps, on peut également les humidifier (avec un brumisateur ) et les choisir en coton, pour qu’ils laissent passer l’air et absorbent la transpiration.

De plus, en s’évaporant, l’humidité rafraîchira un peu la pièce. Cette humidité, on peut aussi l’apporter en remplissant un grand récipient d’eau, fraîche qui plus est, qu’on disposera dans la chambre. En effet, l’air peut être très sec en été, cela peut engendrer de grosses quintes de toux par exemple, fatigantes et désagréables, si on n’équilibre pas l’hygrométrie ; ou dans un tout autre domaine, de l’électricité statique, vous savez ces décharges électriques dues à deux matériaux aux propriétés isolantes qui entrent en contact. Je sais de quoi je parle. Moi qui ai la peau très sèche, il n’est pas rare que j’en subisse à tout va.

On peut aussi, et ça se fait de plus en plus, utiliser un ventilateur de plafond : il aura l’avantage de créer une aération douce et naturelle. Ce type de ventilateur va brasser le flux d’air, qui, au contact de votre corps, refroidira la température ressentie. Il permet de réduire la sensation de chaleur et, contrairement à un climatiseur, ne produit pas un air froid et artificiel qui peut apporter des rhumes d’été.

Bien chez soi, malgré la chaleur

Dans la journée, pensez à boire, au minimum, un litre et demi d’eau, pour compenser celle que vous évacuez par la transpiration.

Dans la journée, toujours, on ne fait pas entrer la chaleur. Cela parait assez logique, mais le fait d’aérer-ouvrir les fenêtres ne fait pas toujours baisser le mercure. En été, il fait généralement plus chaud à l’extérieur qu’à l’intérieur, alors on réserve cela pour la nuit (aération la nuit) et on ferme tout de, environ 8 h à 21 h 30 (selon les heures de coucher du soleil). Vous pouvez regarder sur votre smartphone la température qu’il fait dehors, et celle qu’il fait à l’intérieur sur votre thermostat par exemple.

On en profite aussi pour débrancher les appareils électroniques. Tout ce qui consomme de l’électricité augmente la température de la pièce. Il faut prendre l’habitude, même dans un souci d’économie d’énergie, d’éteindre et de débrancher tous les appareils électroniques qui ne servent pas.

Enfin, comme je le disais, il y a des démarches à faire dont vous ne profiterez pas forcément cette année, afin de protéger vos fenêtres des rayons directs du soleil.

« Le soleil réchauffe notre environnement via les rayons infrarouges qu’il émet. Ces rayons ont la capacité de traverser les surfaces vitrées (mais pas les murs). Ainsi, lorsque les fenêtres sont exposées au soleil, les rayons pénètrent à l’intérieur du logement et réchauffe la pièce. C’est très utile en hiver, mais en été ce n’est pas vraiment le but recherché ! De plus, le verre a la propriété de réfléchir en partie les infrarouges du soleil. Cela veut donc dire que lorsqu’un rayon pénètre dans la pièce, une partie de l’énergie qu’il transporte ne peut pas “ressortir” par le vitrage. Elle se retrouve alors emprisonnée dans le logement. Cela augmente la température de la pièce qui s’échauffe peu à peu. C’est le principe de l’effet de serre.

Cherchez donc à protéger vos fenêtres pour qu’elles soient à l’ombre le plus longtemps possible dans la journée. À noter, l’angle solaire joue un rôle important dans l’intensité du rayonnement transmis. Plus le rayon du soleil est perpendiculaire au plan du vitrage, plus il le traverse et pénètre à l’intérieur du bâtiment. Ainsi, les fenêtres de toit sont les plus sensibles, car elles sont les plus exposées au rayonnement direct du soleil. En effet, en été, à son maximum (21 juin à 12 h) celui-ci est à 63° dans le ciel (angle par rapport au sol). Il irradie donc plus facilement les surfaces proches de l’horizontale (par exemple les fenêtres de toit, les verrières), que les surfaces verticales (façades). En fin de journée, à l’ouest, le soleil est “rasant” (proche de l’horizon), les façades verticales sont alors les plus exposées. D’où l’importance de les protéger, car le bâtiment aura accumulé de la chaleur tout au long de la journée ».

~ lacaserobinson.fr

Vous pouvez, le matin, baisser les volets, les stores ou tout dispositif d’occultation (brise-soleil, persienne, store-banne, pergola, parasol…) que vous avez. Ceux-ci doivent être placés à l’extérieur pour une meilleure efficacité.

Un store extérieur devant un double vitrage réduit jusqu’à 90% du rayonnement solaire par exemple.

Enfin, sur du plus long terme, si vous avez la chance d’avoir un jardin ou de disposer d’une terrasse, 
profitez-en pour installer des arbres ou des plantes à gros feuillage. Ces végétaux vont créer de l’ombre et procurer une certaine fraîcheur, avec la circulation d’air entre les feuilles. De plus, ils vont rendre l’air plus humide, en raison des échanges de vapeur d’eau entre l’atmosphère et eux. Par contre, tournez-vous vers des arbres à feuilles caduques, qui vont perdre leurs feuilles à l’automne, pour qu’en hiver, à l’inverse, vous puissiez bénéficier d’un maximum d’apports solaires (lumière, chaleur).

Si vous êtes en appartement avec un balcon, essayer de le végétaliser afin de limiter le processus d’emmagasinement de la chaleur par le béton. Surtout que celui-ci va retransmettre cette chaleur à l’intérieur de votre logement. Cela contribuera également à rafraichir l’air. Pensez-y.

 

Article écrit en collaboration avec Jasmin.

XOXO
signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.

Bonjour !
Je suis Jennifer.
J’ai créé mon premier blog sur skyblog, puis en 2014, peu de temps après la naissance de ma fille, j'ai créé "Le monde de Jenn". Enfant, je voulais être pilote de course automobile. J'ai fait des études d'esthéticienne, avec un BTS, j'ai poursuivi avec une formation en design graphique. Mon blog "Le monde de Jenn" est devenu une véritable passion, ce qui me fait le plus vibrer.
Il m’a permis de développer ma passion pour la photo. Depuis quelques années, je suis créatrice de contenu et photographe, en free-lance. Une indépendance, qui était pour moi une évidence.
Si mon travail vous intéresse, vous pouvez jeter un œil à mon portfolio.
Et si vous souhaitez qu’on travaille ensemble, vous pouvez m’envoyer un mail.
// Les photos // Toutes les photos présentes ici m’appartiennent. Merci de ne pas les copier, reproduire ou redistribuer, sous quelque forme que ce soit, sans une autorisation écrite.

Précédent
L’huile démaquillante Clémence et Vivien
Bien chez soi, malgré la chaleur